Izakaya 居酒屋

Quelque part entre Tōkyō et Ōsaka...

Posé au bar, devant l'étalage de liqueurs et d'eaux de vie qui bardaient les étagères derrière le comptoir, Soejima-San dégustait son whisky japonais préféré, un de ces fameux blend intense et élégant dont les distilleries du pays du Soleil Levant avaient le secret. L'homme ne se départait que rarement de cet air un peu rude et froid que lui conférait son statut de waka-gashira, premier lieutenant dans l'ordre des Yakuzas. Ses acolytes, eux, s'enivraient autour d'un Junmai Daiginjo, un saké au goût subtil et délicat, qui se buvait en apéritif ou tout au long du repas, comme un bon vin. L'ancienne gargote, adossée aux docks, avait reçu une couche de vernis et recélait une des plus grandes collections de Nihonshu de la ville.

Un peu à l'écart du clan, le junkoseiin, un apprenti juste bon à ouvrir les portes, sirotait un thé glacé bio au gingembre en compagnie d'un autre « bleu ». La journée avait été longue pour les futures recrues. Devant eux, il y avait une ribambelle de petites assiettes à partager, façon tapas à la mode nippone.